Le scoutisme, qu'est-ce que c'est?

Voici quelques idées qui t'aideront à comprendre le soutisme, en quelques mots, ou avec beaucoup de mots.

quotes 

LES 7 PILIERS DE LA METHODE SCOUTE

1 - Loi scoute et Promesse scoute

La Loi scoute énonce les valeurs auxquelles chaque Scout est invité à adhérer. Tout au long de ton parcours, petit à petit, tu découvres ces valeurs, tu les intègres à ton comportement et tu t'engages à les vivre. Le Scout se prépare aussi à les promouvoir dans sa vie d'adulte. Un temps de réflexion permet à chaque Scout d'annoncer au groupe qu'il promet de faire de son mieux pour vivre selon la Loi scoute. A la Meute et à la Troupe, les Promesses se font uniquement pendant les camps d'été, au cours d'une cérémonie scoute spéciale.

La Promesse différencie le scoutisme des autres activités de jeunesse. La Promesse fait de nous un mouvement engagé : nous ne sommes ni un centre de loisirs, ni une garderie, ni une colonie de vacances, ni une école de langues. La Promesse inscrit les scouts Robert Schuman dans la grande fraternité mondiale scoute.

 "Souviens toi que tu as promis d'être fidèle à la Loi de la meute. Tu as fait cette Promesse devant tes frères les louveteaux. Ils t'ont vu faire cette Promesse". Baden-Powell

 

2 - La symbolique

Un symbole, c'est quelque chose de familier qui représente quelque chose de plus important dans notre tête. Dans le scoutisme, il s'agit d'un ensemble de symboles qui font appel à notre imagination, à notre créativité et à notre goût de l'aventure pour nous stimuler, faciliter notre identification au mouvement scout, renforcer la cohésion du groupe et la solidarité entre Scouts, au Luxembourg comme ailleurs.

C'est donc un vaste ensemble de paroles, gestes, de signes et de rites porteurs de sens. Certains symboles sont construits par l'Unité Robert Schuman, comme par exemple les cris de sizaine et les cris de patrouilles. Ces symboles se redécouvrent et se renouvellent régulièrement pour permettre à chacun de participer activtement à la vie scoute,  

D'autres symboles sont liés à un cadre imaginaire, comme le choix par Baden-Powell du Livre de la Jungle comme base des meutes du monde entier. D'autres symboles sont hérités de l'histoire du scoutisme, comme le salut scout, la poignée de main par la main gauche, l'uniforme, le foulard, l'emblème du scoutisme mondial, les emblèmes FNEL, la totémisation, la montée, le grand hurlement, etc.

"Sur un enfant un uniforme exerce un attrait considérable, et lorsqu'il s'agit de s'habiller comme les hommes des bois, son imagination le relie directement à ces hommes des frontières, dont il a fait ses héros. Uniforme signifie aussi fraternité, car une fois adopté universellement, il supprime toutes les barrières de classe et de nationalité L'uniforme scout est, de plus, simple et hygiénique". Baden-Powell

 

3 - Le système des petits groupes (patrouilles et sizaines)

Les troupes du monde entier sont constituées de 3 à 5 patrouilles de 6 à 8 scouts, ayant chacune son Chef de patrouille (CP) et son Second de patrouille (SP). Chez les scouts Robert Schuman, les patrouilles se choisissent un nom, de préférence d'animal sauvage.

Les Meutes comprennent  des sizaines de 6 à 8 louveteaux, ayant chacune son Sizenier et son Second de sizaine. Baden-Powell a limité le nombre maximum possible de sizaines à 6, et a défini lui-même leurs couleurs: la sizaine brune, la blanche, noire, fauve, grise, rousse (correspondant au pelage des loups du Livre de la Jungle). 

Vivre fréquemment dans un petit groupe de semblables, avec des relations intenses, est lieu idéal de découverte de soi et des autres. Chacun y trouve de l'espace pour apprendre en toute confiance à devenir responsable et solidaire, dans la bonne humeur. ll y a donc les Conseils de patrouilles, et les Conseils de sizaines. L'Unité Robert Schuman a actuellement quatre patrouilles et six sizaines.

"Le système de patrouilles est la clé du succès dans la formation scoute. Je conseille chaudement des petits camps d'environ une demi-douzaine de patrouilles, chacune avec sa tente et son terrain de camp séparés, de manière à ce que les éclaireurs ne se sentent pas une partie d'un grand troupeau, mais des membres d'unités indépendantes et responsables. Baden-Powell.

 

4 - Soutien des Chefs, soutien adulte, soutien FNEL

Les Chefs Scouts développent une relation d'écoute, de partage et de respect, pour permettre aux scouts de grandir. Selon Baden-Powell, les Chefs veillent à soutenir plutôt qu'à s'imposer, ils montrent l'exemple. Parce qu'en plus d'être scout, le Chef scout est aussi un modèle, il s'efforce de vivre en cohérence avec les valeurs de la Loi scoute.  

Les Chefs de Troupe et les Chefs de Meute chez les Roby Schuman sont de jeunes adultes. Ils ont tous été auparavant eux-mêmes louveteaux ou jeunes scouts chez nous. Nos Chefs de Groupe sont en revanche des adultes jeunes, mais sont aussi scouts. Le Chef de Groupe a la lourde responsabilité de faire vivre l'Unité, et de coordonner les Chefs de Troupe et les Chefs de Meute. Les Chefs chez Robert Schuman et dans les groupes scouts de Luxembourg sont des personnes engagées, et font ce qu'ils font par amour du scoutisme. Ils sont tous bénévoles.

En plus de son staff Chefs, le soutien adulte chez les Robert Schuman se fait aussi par son Comité de Groupe, constitué aussi de bénévoles. L'existence et le rôle des comités de groupe ont été instaurées par la FNEL.

L'Organisation Mondiale du Mouvement Scout (OMMS) reconnait que les bénévoles, Chefs ou autres adultes, jouent un rôle essentiel au sein du mouvement. Les groupes scouts locaux ont besoin d'attirer, de former et de retenir un nombre suffisant de bénévoles efficaces, qualifiés et motivés. Chez les Roby Schuman, nos Chefs suivent le programme national de formation de chefs scouts de la FNEL (l'équivalent du BAFA Scout en France, ou du Brevet d'Animateur en Belgique).  Ses membres du Comité peuvent également, selon leurs intérêts, suivre des formations proposées par la FNEL.

Il y a enfin le soutien de notre fédération, la FNEL, par ses différents commissariats thématique (Formation, Programme, etc.), son équipe de permanents, ses conseils directs à notre Unité, ses facilités en local scout, ses assurances à nos membres, ses évènements fédéraux, sa capacité à représenter les scouts de Luxembourg, y compris notre propre Groupe, auprès des autorités nationales et internationales.

"Pour être un bon Chef Scout, il suffit qu'un homme soit un "homme-enfant". Pour atteindre le coeur d'un garçon, vous devez avoir vous-même le coeur d'un garçon". Baden-Powell.

"...le seul homme qui puisse espérer réussir comme Chef, c'est celui qui sait être leur "frère aîné". L' "officier commandant" ne vaut rien et le maître d'école est condamné à l'insuccès. En parlant du "frère aîné", j'entends quelqu'un qui sait vivre avec ses garçons sur un pied de camaraderie, prendre part à leurs jeux et rire lui aussi, de façon à gagner leur confiance ; quelqu'un qui peut ainsi, chose indispensable à qui veut enseigner, être le guide qui marche devant eux sur la bonne voie, et non pas un panneau, souvent trop haut placé au-dessus de leurs têtes. Mais comprenez-moi bien, je ne demande pas au Chef d'être mou et doucereux. Bien au contraire ; la camaraderie exige de la fermeté et de la droiture, si elle veut être durable". Baden-Powell.

 

5 - Action (Learning by doing)

L'action, c'est le jeu, l'aventure, le pionnérisme, la vie d'hommes des bois.

Le Scout apprend avec ses mains, ses pieds, ses yeux, ses oreilles, sa langue, son nez, dans la bonne humeur. Fais confiance à ta curiosité, à ton envie de faire, c’est comme ça que tu apprends le mieux, et l’effort devient agréable. Chez les scouts, on apprend, on regarde, on écoute, et on a envie de faire à son tour, avec ses propres mains, avec sa propre tête : faire des noeuds, allumer un feu, monter une tente, lire une carte, etc. On est beaucoup dans l’action, on joue dans le film qu’on regarde ! Les jeux, le hike, les veillées, la cartographie, les constructions, la cuisine,  la marche, les sketches, on a mille occasions d’agir et de bouger.  Souvent, on revient avec de l’herbe dans les cheveux et plein de boue aux chaussures, eh oui, chez les scouts, on n’est pas à l’école !

"L'habitude d'agir par soi-même grandit avec nous et s'étend à toutes nos occupations quotidiennes. C'est une habitude très saine : ta devise devient "si tu veux qu'une chose soit faite, fais-la toi-même". Même les petits travaux ménagers commencent à prendre du charme, et ils t'apprennent énormément de choses". Baden-Powell.

 

6 - Progression

Chaque scout est invité à faire des découvertes personnelles dans ce qui l'intéresse, dans la bonne humeur. Le scoutisme lui apprend à être conscient de ses apprentissages, et encore plus curieux d'en vivre d'autres. Le scoutisme propose aussi le développement physique, affectif et social. 

La progression passe par la préparation et l'obtention de badges, selon les préférences personnelles du scout. Il choisit le rythme de ses épreuves et en discute avec ses Chefs. La FNEL a établi une série fédérale de badges, suivie par les scouts Robert Schuman. Le choix de badges est suffisamment large pour que chaque scout y trouve ses intérêts.

A la Meute, il y a par exemple : la Patte Tendre, le Guide, le badge  Ami de la Nature, Nageur, Observateur, etc.

A la Troupe, il y a le badge de Trappeur, de Premier Secours, de Cuisinier, etc.

La progression, c'est aussi le passage de la Meute à la Troupe. Chez les scouts, ce passage ritualisé s'appelle la montée, lorsque le Louveteau quitte la Meute, à 12 ans. Cela représente la traversée de la rivière Waingunga par Mowgli. Cette rivière sépare la Jungle du village des hommes, donc le passage de la vie de loup à la vie des hommes. 

"L'enfant veut faire des choses, encourageons-le à en faire en lui indiquant la bonne direction, et permettons-lui de les faire à sa manière. Laissons-le se tromper ; c'est à travers les erreurs qu'il forme son expérience"Baden-Powell.

"L'épreuve du gâteau, c'est quand on le mange"Baden-Powell.

 

7 - Vie dans la nature

Par la vie en plein air, le scout découvre sa propre personne et ses propres limites. La vie d'homme des bois nous offre l'aventure et les jeux à ciel ouvert : des défis, des moments de partage et d'émerveillement, des moments difficiles ou exaltants, des feux de veillée, des repas bien mérités, des soirées chaleureuses...

Les scouts Robert Schuman n'ont malheureusement pas de home scout. Nous faisons contre mauvaise fortune bon coeur.  Cette situation nous permet aussi de tenir toujours nos réunions dans les bois, en plein air dans une des forêts environnantes de Luxembourg : le Grünewald, le bois de Kockelscheuer, le Waldhaff, ou le Bambësch. 

"Grimper est une activité naturelle pour chaque enfant par instinct. Il cherche instinctivement des moyens naturels pour entraîner ses muscles et son esprit. Et cette attraction, une fois qu'on y a cédé, continue à nous attirer pour toute la vie". Baden-Powell.

"L'étude de la Nature est l'activité-clé du scoutisme et du guidisme." Baden-Powell.

"Une cheftaine, donnant un jour une leçon d'histoire naturelle à un louveteau, lui demande : "De quoi la peau d'un lapin est-elle couverte ? De poils, de lame, de fourrure ? " Ce à quoi le louveteau répondit : "Non mais, Akela, tu n'as jamais vu un lapin ?". Baden-Powell.

 

 

 


 

 

LES ORIGINES DU SCOUTISME

Le scoutisme (de l'anglais scout, lui même issu du vieux français « escoute » signifiant éclaireur) est un mouvement de jeunesse mondial créé par Lord Robert Baden-Powell, un général britannique à la retraite, en 1907, à Brownsea. Aujourd'hui, le scoutisme et le guidisme comptent plus de 38 millions de membres dans 217 pays et territoires, de toutes les religions et de toutes les nationalités, représentés par plusieurs associations scoutes au niveau mondial.

baden powell

                                          Olave St Clair Baden Powell  
Robert Baden-Powell , Chef Scout Mondial   Olave St Clair Baden-Powell , Chef Guide Mondiale
 

Le scoutisme est un mouvement de jeunesse reposant sur l'apprentissage de valeurs fortes, telles que la solidarité, l'entraide et le respect. Son but est d'aider le jeune individu à former son caractère et à construire sa personnalité tout en contribuant à son développement physique, mental et spirituel afin qu'il puisse être un citoyen actif dans la société. Pour atteindre cet objectif, le scoutisme s'appuie sur des activités pratiques dans la nature, mais aussi des activités en intérieur, destinées plutôt à un apprentissage intellectuel. Le scoutisme s'appuie sur une loi et une promesse et est souvent laïque, bien qu'il existe des groupes religieux.

 

LE SCOUTISME DANS LE MONDE

A compléter (OMMS, stats, formes exotiques, unicité de la Promesse et de la Loi).

 

LE SCOUTISME AU LUXEMBOURG

A compléter (Un peu d'histoire, les autres groupes internationaux, aspects FNEL, autres fédérations luxembourgeoises).

 

JEU DES QUESTIONS RÉPONSES

 

Pourquoi tient-on à séparer Meute et Troupe ?

"Un point absolument essentiel c'est de maintenir le louvetisme aussi différent que le scoutisme, de manière à rendre le Louveteau impatient de passer à la Troupe et de devenir un éclaireur quand il a atteint l'âge. Un enfant qui grandit aime le changement et la variété : si le scoutisme n'est dans son esprit qu'un degré ultérieur du louvetisme, il s'en fatiguera bientôt. En entrant aux éclaireurs, il entend trouver de nouvelles activités et de nouvelles idées". Baden-Powell.

Pourquoi dit-on un "local" pour des scouts,  d'où vient ce mot bizarre dans le scoutisme ?

"Par local de la troupe j'entends un endroit où les garçons se sentent vraiment chez eux, un endroit qu'ils puissent fréquenter au besoin tous les soirs, où ils puissent trouver du travail et des divertissements à leur convenance, beaucoup d'activités variées, dans une atmosphère vivante et heureuse". Baden Powell

 

La montée

A venir

Le CP ou la CP

A venir

Le SP ou la SP

A venir

Les branches

A venir

La Bonne Action

 A venir

La bonne humeur

A venir

Le Pow-Wow

 A venir

Scoutisme et Guidisme

A venir

Le Jumboree

A venir

 

 

Login Form